AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alex - Baron de la Alth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alex - Baron de la Alth   Lun 5 Sep 2011 - 4:06

Le soleil se couche. Les oiseaux se posent un à un sur les branches du cerisier sous lequel j'avais décidé de me reposer. Je décide alors à changer de lieu de repos avant que ces saletés ne se décident à se servir de mon corps comme réceptacle de leurs fientes. Et puis non! Quelques mots se perdent dans un murmure. Des poils gris commencent à pousser sur ma peau . Mon visage s'allonge. Mes oreilles s'étirent. Mes ongles laissent place à des griffes acérées. Mon corps rapetisse de plus en plus. En quelques secondes je ne suis plus, tout du moins plus le même.

Maouuuuu!

Lentement je me hisse le long du tronc du petit arbre. En quelques secondes me voilà arrivé discrètement sur la première branche. Camouflé par quelques feuilles je reste à attendre le bon moment. Les branches remuent légèrement au gré du vent. Encore un peu d'attente... Maintenant! Un bond et me voilà sur l'un des volatiles. Un coup de patte et le voilà bloqué entre mes griffes. Les autres n'attendent pas pour chercher un peu de quiétude ailleurs mais pour celui là, plus d'échappatoire. Sa route se termine ici. Les tremblements commencent à gagner mon corps. Un spasme, puis deux... Il faut que redescende rapidement du cerisier, les branches n'étant pas solides. Un autre bond et me voilà au sol le cadavre du piaf dans le museau... puis dans la bouche.

Pouah!

Après avoir accumulé suffisamment de branchage pour fabriquer ma couche de fortune, comme tous les jours, je m'allonge. Bien que difficilement repérable, il faut que je reste à l'affût. Pas un seul endroit n'est sûr. Mes yeux se ferment et mon esprit se laisse porter dans mes songes... Voilà de nombreux mois que j'étais parti, peut-être des années. Bien qu'informé par les différents mammifères rencontrés sur ma route, je suis resté loin de ce qu'est devenu la Alth. Je sais que Johanne a continué tant qu'il pouvait à maintenir le cap, faire en sorte que la guilde existe un tant soit peu. Le destin de la plupart des anciens althéens m'est encore inconnu bien que certains échos m'étaient parvenus également. Et mon aimée, Ismise la barbare, toujours à m'attendre. Je ne doute pas un instant de sa fidélité. Même dans l'incertitude de me revoir un jour je sais qu'elle est restée, telle une moniale, intouchée d'autres mâles. Mais est-elle restée la même? Sa rude vie à pourfendre les créatures les plus sordides et les ennemis du royaumes n'a t'elle pas endurci son cœur? C'est sûr, mon retour va retourner les esprits de certains et j'espère aussi le cœur de celle qui reste pour moi l'objet de mon désir...

Un brin de lumière... Le jour commence à poindre le bout de son nez. Il ne me reste qu'une demi journée de marche avant de retrouver mon château. Un écureuil m'a annoncé hier que de nombreux travaux avaient été réalisés il y a quelques jours. Johanne n'a donc pas attendu mon retour pour rafraîchir la demeure. Il est temps pour moi de prendre la route. Un bref murmure dans ma barbe, trop longue, et voilà que la nature compte en son sein une nouvelle âme éphémère en en abandonnant une autre. Bien plus imposant l'ursidé est néanmoins plus rapide. Tout d'abord d'un pas lent, puis accélérant de manière poussive me voilà lancé tel un rocher dévalant une pente arrachant sur mon passage les nombreuses ronces, les buissons, les branches basses des arbres et celles des arbustes formant devant moi les quelques barrages empêchant à n'importe quel humain de progresser rapidement comme je peux le faire en ce moment. J'aperçois enfin un sentier, juste à temps car les spasmes commencent à apparaître annonçant que le plantigrade va rendre la place au vieux barbu. Voilà qui est fait. Je me redresse tranquillement et dégage les quelques broussailles qui parsèment ma robe, mes cheveux et ma barbe. Je scrute alors les alentours pour constater ma position avant de me rendre compte que dans quelques heures mon but serait atteint. Bien appuyé sur mon bâton, je reprend la route en direction du soleil levant. Plus que quelques heures, oui quelques heures...

J'aperçois au loin la tour. De loin les reflets du soleil la rendent resplendissante. Bien qu'épuisé, je hâte le pas, j'ai perdu assez de temps comme ça. Plus j'approche et plus je constate que le château semble neuf. Un tel bâtiment pourrait rendre jaloux Galoregor lui-même. A quelques dizaines de mètres je me hisse sur un arbre. Je ne veux pas arriver en grande pompe. Il faut d'abord que j'observe. Pas de gardes! Le château serait-il déserté? J'entends néanmoins des voix de femmes. Des femmes de ménage? Des serveuses? Un léger bruit de pas arrive à mes oreilles. Je reste discret. Un homme en robe passe en dessous de moi. Pourtant il n'a aucun signe distinctif. Est-il royaliste? Il a l'air de connaitre les lieux car je le vois avancer sur le pont levis et glisser à l'intérieur par la grande porte...
Je quitte la branche de l'arbre en un bond. Mon corps courbatu ne me remercie guère dans ce genre de situation. Un bref murmure et Alex fait place au petit félin gris. Je me glisse alors le long du pont à mon tour. Il faut que je reste discret. Je pénètre par une meurtrière et atterris gracieusement dans la cour. Une odeur parvient à mon sens olfactif aiguisé par ma transformation. Elle est là. Blotti dans un coin j'observe les trois personnes présentes. Ma barbare est bien présente. Mon cœur bat la chamade. Je reconnait aussi Rilou. Mes deux anciennes sœurs d'armes écoutent les propos du druide qui vient se présenter à elles. Chaque chose en son temps, j'apparaitrai plus tard. Je continue alors ma progression en longeant à gauche. Le plus délicatement possible je rejoins le bâtiment central profitant d'une fenêtre ouverte pour m'y glisser. Me voilà dans le hall. La tour n'est pas difficile à trouver, elle est juste à coté de moi. Le félin gravit alors les nombreuses marches pour arriver dans une large pièce comprenant une table ronde, sûrement la table du conseil. Encore un escalier et je surgi à l'endroit le plus haut de la demeure, juste à temps car dans quelques dizaines de secondes le "cattus" va redonner place à l'homme. Un nom affiché sur une pancarte en bois m'indique que je suis enfin dans mes appartements. Ce brave Johanne connait mon goût pour la hauteur et m'a attribué le logis qu'il me semble être le plus adapté. Il faudra que je pense à le remercier. Le temps de me remettre de cette dernière transformation et me voilà prêt à faire le tour de cet étage qui semble m'être entièrement réservé. Un bureau, un salon, une petite pièce indéfinie et naturellement une chambre. Tout y est. Je constate que déjà des papiers parsèment le bureau en chêne. Un bref coup d'œil pour reconnaitre la griffe de mon Baron suppléant. Chaque chose en son temps, je vais tout d'abord me revigorer afin d'être convenable pour me présenter aux personnes déjà présentes en notre sein. Dans la chambre, je constate qu'une lame face à un miroir va me permettre de rafraîchir ma barbe et mes cheveux, qu'une bassine pleine d'eau va avoir raison de la crasse accumulée depuis quelques semaines, que des fioles contenant divers liquides dont l'odeur parfume la pièce jonchent le sol à coté de cette bassine et qu'une tenue flambant neuve bien disposée sur le lit est mise à ma disposition pour me rendre présentable. Je saisis l'outre accrochée à ma ceinture et me rince la bouche et le gosier d'une eau de vie revigorante avant de me lancer dans le grand chantier de rénovation de cette enveloppe charnelle. Alex est de retour et il ne doit pas décevoir.


Dernière édition par Alex le Dim 18 Sep 2011 - 16:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alex - Baron de la Alth   Dim 18 Sep 2011 - 16:44

Tout d’abord, pensons à raccourcir cette barbe incommode qui pend presque jusqu’à mes pieds ainsi que cette tignasse. A l’aide de la lame mise à ma disposition, je coupe et recoupe devant le miroir les longs poils disgracieux. Quelques minutes plus tard il ne me reste plus qu’à affiner ce rasage grossier. Malgré les rides trahissant mon âge, voilà que ce travail de coiffeur/barbier m’a rajeuni de quelques années. Il ne reste plus qu’à nettoyer la crasse cumulée depuis tant de temps à parcourir les forêts.

Je me déshabille en jetant négligemment les nippes recouvrant mon corps. A vu d’œil les onguents employées depuis des années avaient bien fait leur effet. Mes cicatrices étaient bien refermées et n’avaient pas été infectées. Maintenant, le plus dur restait à faire : me glisser dans l’eau. Un orteil puis le pied. Brrrr ! Quand il faut y aller, il faut y aller. D’un coup, me voilà entièrement entré dans la bassine, tête comprise. Tout corps plongé dans un fluide au repos, entièrement mouillé par celui-ci ou traversant sa surface libre, subit une force verticale, dirigée de bas en haut et opposée au poids du volume de fluide déplacé. En d’autres mots, ça déborde partout et le sol est complétement trempé. J’émerge une partie de la tête hors de l’eau pour voir flotter vers moi un objet jaune. Qu’est-ce donc ? On dirait bien un canard. Je me redresse un peu plus et voilà que je ne sais par quelle sorcellerie cet anatidé factice se met à vibrer dans mes mains. Je dépose ce bibelot à côté de la cuve en me promettant de ne pas oublier de l’offrir à Ismise qui en trouvera une utilité plus lucrative que la mienne. Je verse ensuite plusieurs fioles dans l’eau provoquant un effet effervescent. Quelques minutes à me frotter, me voilà prêt à sortir de ce liquide trop froid à mon goût.

Une fois hors de l’eau, si on peut encore appeler ça de l’eau, je laisse quelques minutes mon corps à l’air ambiant afin de laisser le temps aux dernières gouttes pour rejoindre la grande flaque recouvrant maintenant la moitié de la pièce. Ensuite je m’habille. Les vêtements d’apparat fournis par Johanne reflètent le bon goût de mon bras droit. Ce tissu de qualité permet de signifier la noblesse de mon rang. Le château n’étant pas gardé, je trouve plus sage de porter mon armure quand même. Enfin, j'enfile mon surcot rouge où les insignes figurent mon appartenance à la Alth ainsi que mon allégeance à Galoregor notre roi incontesté. Je saisis mon bâton et me voilà prêt à me présenter aux althéens présents dans la cour.

Soudain, un vacarme d’enfer se fait entendre à l’étage inférieur. Je saisis alors ma hache forgée et tend l’oreille pour suivre le bruit qui, une chose est sûre, ne se veut pas discret. J’ouvre la porte de ma chambre, le boucan continue sa route dans l’escalier et se dirige vers la cour. Même si je ne doute pas des compétences de mon aimée ni de celles de Rilou, peut-être que le druide avec elles, n’est que l’avant-garde d’une attaque plus massive venant de l’intérieur. Je me décide alors à hâter le pas afin de rejoindre les miens.


Pour la suite cliquer ici

Revenir en haut Aller en bas
 
Alex - Baron de la Alth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonjour à Alex Boom
» Alex is here
» Alex d'Or 2011, c'est maintenant!
» Nouveau coach et echange Baron plante sport
» Alex Pettyfer - avatar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alth :: Salle d'apparat :: Présentations-
Sauter vers: